ASSOCIATION FENVAC - 81 Avenue de Villiers - 75017 PARIS - Tél. 01 40 04 96 87 - Mail : federation@fenvac.org
Sélectionnez la langue :
Fédération nationale des Victimes d'Attentats et d'Accidents ColLectifs
Soutien et défense de victimes
par des victimes depuis 1994.

Revue de presse

Attaque au couteau à Trappes : deux morts et un blessé, l’assaillant neutralisé

23/08/2018

JPEG - 423.5 ko

Une attaque au couteau a fait deux morts et un blessé grave à Trappes dans les Yvelines jeudi 23 août. L’assaillant a été neutralisé par les forces de l’ordre et est décédé.

Deux personnes ont été tuées et une autre gravement blessée dans une attaque au couteau à Trappes (Yvelines), jeudi 23 août. L’assaillant progressait dans la rue avec un grand couteau, et s’est ensuite retranché chez sa mère avant d’être neutralisé par les forces de l’ordre. Il est décédé, confirme le préfet des Yvelines.

Les policiers ont été appelés vers 9h30 pour un "différend sur la voie publique", selon le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb. En arrivant, ils ont constaté que deux personnes, sa soeur et un passant poignardé au hasard, gisaient à terre.

L’homme se retranche alors dans le pavillon de sa mère, rue Camille Claudel, et la poignarde. Il aurait crié "Allahou akbar, si vous entrez je vous fume", selon une source proche de l’enquête. À 10h12, il sort de chez lui, et se dirige vers les policiers avec un couteau. Après plusieurs sommations, l’un des policiers ouvre le feu et tue le forcené.

La mère et la sœur de l’assaillant sont décédées. La troisième victime, grièvement blessée, a été poignardée au hasard dans la rue. Elle a été transportée vers l’hôpital par hélicoptère.

Les motivations de l’assaillant encore floues

Le mobile de l’attaque restait flou en fin de matinée. L’individu, Kamel S., était connu de la justice pour apologie du terrorisme et fiché S au Fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT).

Daesh a revendiqué l’attaque par son organe de propagande, mais à ce stade la piste du drame familial est privilégiée, selon une source proche de l’enquête. Le parquet antiterroriste n’a pas été saisi.

L’assaillant, plus "déséquilibré" qu’"engagé"

"Il apparaît que le criminel avait des problèmes psychiatriques importants", a indiqué le ministre de l’Intérieur lors d’un point presse sur place. Il décrit une personne "déséquilibrée, plutôt que quelqu’un d’engagé qui pouvait répondre aux ordres d’organisations terroristes".

Sur place, des amis de l’assaillant qui le connaissaient depuis le collège décrivent également "une personne qui a pété les plombs", et voient la revendication de Daesh plutôt opportuniste. Ce chauffeur était revenu vivre chez ses parents après une séparation, et "était un peu en retrait ces derniers temps", confient ses amis à RTL.

Gérard Collomb a adressé ses "pensées (...) aux victimes et leurs proches". "Je veux saluer la réactivité et la mobilisation exemplaires de nos forces de l’ordre. Elles enquêtent d’ores et déjà pour établir les circonstances de ce drame", a ajouté le ministre sur Twitter.


Source : RTL
Auteur : Guillaume Chiese
Date : 23/08/2018