ASSOCIATION FENVAC - 81 Avenue de Villiers - 75017 PARIS - Tél. 01 40 04 96 87 - Mail : federation@fenvac.org
Sélectionnez la langue :
Fédération nationale des Victimes d'Attentats et d'Accidents ColLectifs
Soutien et défense de victimes
par des victimes depuis 1994.

Revue de presse

Xynthia : l’appel à l’aide du maire de La Faute-sur-Mer

23/02/2018

JPEG - 699.9 ko

Maire de La Faute-sur-Mer (Vendée), la commune endeuillée par la tempête Xynthia en février 2010, Patrick Jouin demande le soutien de ses collègues. Il s’estime abandonné, en particulier par la Smacl, l’assurance des collectivités locales.

À quelques jours du 8e anniversaire de la tempête Xynthia, qui avait fait 29 morts à La Faute-sur-Mer (Vendée) dans la nuit du 27 au 28 février 2010, le maire, Patrick Jouin, vient d’adresser un courrier à l’ensemble de ses collègues maires pour dénoncer l’attitude de la Smacl, assurance mutuelle des collectivités locales.

« Elle refuse, dit-il, de respecter son engagement contractuel et donc d’assurer La Faute-sur-mer » en soutenant « une prétendue clause d’exclusion des dommages causés par des infiltrations, refoulements ou débordements d’eau de mer, pour une commune littorale lors d’une catastrophe naturelle. »

« La commune ne doit pas être une nouvelle fois victime »

« La Smacl, poursuit-il, après avoir pourtant réglé les frais irrépétibles mis à la charge de l’ancien maire, laisse à ce jour la commune seule pour se défendre face aux jugements et aux condamnations désormais exécutoires du tribunal administratif. »

« Cela n’est pas acceptable, ajoute l’élu, la commune ne doit pas être une nouvelle fois victime. Cette fois-ci, il s’agit de ses contribuables, les indemnités demandées représentant près de 10 fois le budget communal de fonctionnement. »

« Je ne peux plus rester silencieux »

Selon certaines estimations, le montant total pourrait approcher les 20 millions d’euros. « Je ne peux plus rester silencieux, poursuit Patrick Jouin en s’adressant à ses homologues, et je veux vous alerter. Nous attendons une attitude digne des assurances lors des catastrophes naturelles que, malheureusement, nous avons parfois à connaître. »

Dès hier soir, le maire de La Faute-sur-Mer recevait une première lettre de soutien, signée du maire de Villers-Saint-Martin, dans le Doubs.
Patrick Jouin a succédé à René Marratier, l’ancien maire, condamné, lors du procès Xynthia, à deux ans de prison avec sursis pour homicides involontaires et mise en danger de la vie d’autrui.

L’Association des victimes des inondations de La Faute-sur-Mer, qui représente 115 parties civiles, a formé un pourvoi en cassation. Thierry Spinosi défendra leurs intérêts.

Date : 23/02/18
Auteur : Philippe ECALLE
Source : Ouest France