ATTENTAT DU CARROUSEL DU LOUVRE I 30 ANS DE RECLUSION CRIMINELLE A L’ENCONTRE DE L’AUTEUR DE L’ATTAQUE

Ce jeudi 24 juin 2021, Abdallah El-Hamahmy, de nationalité égyptienne, auteur d’une attaque aux machettes au Carrousel du Louvre sur des militaires de l’opération « Sentinelle » a été condamné à 30 ans de réclusion criminelle par la cour d’assises spécialement composée de Paris pour « tentative d’assassinat sur personne dépositaire de l’autorité publique en lien avec une entreprise terroriste » et « association de malfaiteurs terroriste criminelle ».

Abdallah El-Hamahmy armé de 2 machettes, avait attaqué, le 3 février 2017, les militaires en poussant le cri qui accompagne habituellement les attaques terroristes à savoir « Allahou akbar », blessant ainsi l’un deux au niveau du cuir chevelu. Il a été arrêté dans son action par les tirs d’un des 4 militaires de la patrouille. Cela n’a pas empêché l’homme, selon les dires d’une policière arrivée quelques minutes plus tard sur les lieux, puis chargée de tenir en joug l’homme gravement touché gisant au sol, de mimer un égorgement. M. El-Hamahmy a indiqué ne plus se souvenir d’avoir fait un tel geste.

Les magistrats de la Cour n’ont pas été convaincus par la thèse de la défense avançant qu’Abdallah El-Hamahmy avait comme objectif principal la dégradation d’œuvres d’art au musée du Louvre ; que si celui-ci avait pu avoir une intention homicide dans les jours ayant précédé son action, les deux visites qu’il a faites au Louvre quelques jours auparavant avaient fait germer dans son esprit l’idée de dégrader des œuvres célèbres et que cette idée avait supplanté celle homicide. Selon la défense, ce n’est que parce qu’il était dans un état anxieux et qu’il a été surpris de tomber sur des militaires qu’il a décidé, sans préméditation, de s’attaquer à eux.

La Cour a quant à elle considéré que cette potentielle volonté de dégrader des œuvres d’art au Louvre n’était pas incompatible avec sa volonté d’atteindre à la vie de personnes et la préméditation d’un tel acte. Elle l’a donc condamné à la peine requise par le Parquet National Anti-Terroriste (PNAT) en retenant la préméditation.

La Cour l’a également condamné à une interdiction définitive du territoire français, ainsi qu’à une interdiction de 10 ans de port d’armes et à son inscription au FIchier Judiciaire des Auteurs d’Infractions Terroristes (FIJAIT).

Crédits photo : LCI.fr

Nous soutenir

C’est grâce à votre soutien que nous pouvons vous accompagner dans l’ensemble de vos démarches, faire évoluer la prise en charge des victimes par une mobilisation collective, et poursuivre nos actions de défense des droits des victimes de catastrophes et d’attentats.

Soutenir la FENVAC