ASSOCIATION FENVAC - 81 Avenue de Villiers - 75017 PARIS - Tél. 01 40 04 96 87 - Mail : federation@fenvac.org
Sélectionnez la langue :
Fédération nationale des Victimes d'Attentats et d'Accidents ColLectifs
Soutien et défense de victimes
par des victimes depuis 1994.

Revue de presse

Attentats dans l’Aude : un an après, l’hommage aux victimes de Trèbes et Carcassonne

23/03/2019

JPEG - 199.3 ko

Un hommage a été rendu ce samedi aux victimes de l’attentat de Trèbes et Carcassonne, en présence du Premier ministre Edouard Philippe. Le 23 mars 2018, quatre personnes ont été tuées par un terroriste, dont le gendarme Arnaud Beltrame.

C’était il y a tout juste un an : un jihadiste tuait quatre personnes à Carcassonne et Trèbes, avant d’être abattu par les forces de l’ordre. L’attentat était revendiqué par l’organisation Etat islamique. Ce samedi, deux cérémonies se sont tenues dans les deux villes où l’attaque a eu lieu.

A Carcassonne tout d’abord, où l’assaillant a commencé son parcours sanglant en tuant un viticulteur à la retraite, la garde des sceaux Nicole Belloubet a prononcé un hommage aux victimes. "Le temps n’a pas refermé les plaies de celles et ceux qui ont perdu un proche et de celles et de ceux qui ont été blessés physiquement et psychologiquement", a déclaré la ministre.

Un deuxième cérémonie s’est tenue ensuite à quelques kilomètres de Carcassonne, à Trèbes. Dans un supermarché de la commune, le terroriste avait poursuivi sa tuerie, abattant un employé, un client du magasin Super U et le colonel de gendarmerie Arnaud Beltrame qui s’était substitué à une otage. Une stèle en hommage aux quatre victimes a été dévoilée sur la place de la République, devant la mairie de Trèbes, en présence du Premier ministre Edouard Philippe. Elle porte une maxime de Victor Hugo : "Les morts sont les invisibles mais ils ne sont pas les absents".

Le Premier ministre a rendu hommage à la "très grande petite ville" de Trèbes, devenue "le symbole de la destruction et de la reconstruction". Evoquant le souvenir d’Arnaud Beltrame, Edouard Philippe a parlé du "grand homme de notre Panthéon", qui "par son geste", "a sublimé le visage des forces de l’ordre et des victimes".

"Respect" et "admiration" à travers la France

En cette période anniversaire, des commémorations se sont tenues dans plusieurs villes de France. A Saint-Etienne, une place Arnaud Beltrame a été inaugurée. Les Stéphanois ont exprimé leur "respect" et leur "admiration" pour le "héros".

Une stèle en hommage au colonel de gendarmerie a également été inaugurée dans la Somme.

Dans la Manche, où Arnaud Beltrame avait commandé pendant quatre ans la compagnie de gendarmerie d’Avranches, des squares et des casernes portent ou vont très bientôt porter le nom du militaire mort à la suite de l’attaque terroriste à Trèbes.

Je n’ai pas de haine, je n’ai pas de colère" - la mère d’Arnaud Beltrame

Ce samedi sur franceinfo, la mère d’Arnaud Beltrame a évoqué la mémoire de son fils et ses sentiments, un an après : "Je n’ai pas de haine, pas de colère, je suis bienveillante et de toute façon, les choses étant ce qu’elles sont, ce ne serait pas grandir Arnaud que d’avoir de telles réactions."

Source : France Bleu
Auteur : Blandine Costantin
Date : 23/03/2019