ASSOCIATION FENVAC - 6 rue du Colonel Moll - 75017 PARIS - Tél. 01 40 04 96 87 - Mail : federation@fenvac.org
Sélectionnez la langue :
Fédération nationale des Victimes d'Attentats et d'Accidents ColLectifs
Soutien et défense de victimes
par des victimes depuis 1994.

Revue de presse

Des associations de victimes de l’explosion rue de Trévise à Paris interpellent les candidats à la mairie de Paris

04/03/2020

Dans une lettre ouverte, ils demandent aux candidats ce qu’ils pourraient faire pour éviter un nouveau drame similaire.

Les associations "Trévise ensemble" et "victimes et rescapés de l’explosion de la rue Trévise du 12 janvier 2019" et la Fédération nationale des victimes d’attentats et d’accidents collectifs interpellent les candidats à la mairie, plus d’un an après l’explosion de gaz rue de Trévise, dans le IXe arrondissement de Paris, qui avait fait quatre morts et 66 blessés. Dans une lettre ouverte, que s’est procurée mardi 3 mars franceinfo, ils déplorent que les "victimes, près de 1 000, sont seules pour affronter les multiples répercussions de ce drame, que ce soit sur les plans physique, psychique, professionnel, familial, social et immobilier, entre autres".

"Nous souhaiterions vous rencontrer, poursuit la lettre, afin de vous porter les témoignages des victimes, leur détresse et leur espoir de voir une action politique forte et éclairée qui prend en compte la sécurité et le bien-être des Parisiens", réclament-ils dans ce courrier.

"Des blocages insupportables"
Les associations saluent la tenue de réunions de travail régulières et "la mobilisation des associations et des équipes de la mairie du IXe arrondissement". Mais, pour eux, il subsiste encore "de nombreux problèmes et blocages insupportables". Dans leur viseur notamment, "les méandres procéduraux au pénal et civil, et le droit à réparation des victimes de l’explosion [qui] se trouve pris en otage du temps judiciaire nécessairement long".

Dans cette lettre ouverte, les trois organisations se disent "inquiètes de l’état de la voirie de Paris et des possibles menaces pour la sécurité des Parisiennes et Parisiens". Pour ces organisations, la mairie de Paris "a une responsabilité morale vis-à-vis des Parisiens et se doit de réparer les conséquences de l’aléa quand il se transforme en tragédie pour la population et les touristes".

Les deux associations et la fédération, à travers cette lettre ouverte, interpellent donc les candidats à la mairie de Paris pour connaître leur position "sur cette situation et les actions [qu’ils comptent] mener afin d’éviter de nouveaux drames". Elles réclament "des mesures utiles pour offrir un dispositif de réparation à la hauteur des conséquences de ce drame".

Publié par France Info