Enregistrer au format PDF Télécharger l'article au format PDF

CALIFORNIE : DIX MORTS DANS UNE FUSILLADE LE SOIR DU NOUVEL AN CHINOIS

FENVAC

Des témoins ont raconté avoir vu un homme armé d’un fusil semi-automatique bardé de munitions, rechargeant son arme régulièrement.

La police cernait dimanche une camionnette blanche soupçonnée d’abriter le tueur ayant causé la mort de dix personnes la veille, en pleine célébration du Nouvel An lunaire, dans un dancing d’une ville en banlieue de Los Angeles, selon plusieurs médias locaux qui diffusaient en direct des images prises par hélicoptère.

Cette camionnette blanche était bloquée à l’avant et à l’arrière par des véhicules blindés de la police dans la ville de Torrance, au sud de Los Angeles, à un peu plus de 40 km de Monterey Park, ville à majorité asiatique où a eu lieu la fusillade. Le suspect est un « homme d’origine asiatique », selon le bureau du Shérif.

Les forces de l’ordre avaient répondu à des premiers appels d’urgence samedi à 22h20 (07h20 heure française dimanche) et avaient découvert alors des gens en train de fuir le dancing, a expliqué aux journalistes le capitaine Andrew Meyer, du bureau du shérif de Los Angeles.

Périmètre bouclé

« Les policiers ont pénétré dans l’endroit et trouvé des victimes supplémentaires », a-t-il dit, sans confirmer l’hypothèse d’une attaque raciste. Les services de secours « ont soigné les blessés et constaté sur place la mort de 10 des victimes ». « Il y a au moins 10 autres victimes qui ont été transportées dans plusieurs hôpitaux locaux et se trouvent dans des conditions allant de stable à critique », a-t-il ajouté. « Le suspect a fui la scène et reste introuvable ».

Sur place, des agents du shérif travaillaient encore sur la scène de crime au petit matin dimanche, a constaté un journaliste de l’AFP, et les environs étaient bouclés par un périmètre de sécurité. Dans cette rue, les enseignes de la plupart des commerces (dentiste, laverie, assurance) sont en chinois. Un hélicoptère survolait le quartier, rempli de camions de télévisions et, à l’entrée de la ville, une banderole pour célébrer l’arrivée de l’année du lapin était encore en place.

Biden tenu informé

La police n’a pas précisé le type d’arme dont il a fait usage. Les enquêteurs vérifiaient également des informations sur un lien éventuel avec une tentative de fusillade le même soir dans un autre dancing dans la ville voisine d’Alhambra, a ajouté le capitaine. Selon plusieurs médias américains, cette tentative de fusillade a été déjouée, le suspect ayant été plaqué au sol et désarmé sans faire de victimes.

Le président américain Joe Biden a été « tenu informé par la conseillère à la sécurité intérieure (Elizabeth Sherwood-Randall, NDLR) de la fusillade » et « lui a demandé de s’assurer que le FBI (la police fédérale, NDLR) apporte un soutien total aux autorités locales », a indiqué sur Twitter la porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre.

Fusil semi-automatique

Monterey Park, ville de quelque 61.000 habitants majoritairement d’origine asiatique, est située à environ 13 km à l’est du centre de Los Angeles. Des dizaines de milliers de personnes venaient de se rassembler près du lieu de la fusillade pour les festivités du Nouvel An lunaire, prévues sur deux jours et particulièrement importantes pour la communauté asiatique. Le deuxième jour de la fête a été annulé dimanche.

Un habitant de Monterey Park, Wong Wei, a déclaré au Los Angeles Times que son amie se trouvait dans le dancing et était aux toilettes quand les tirs ont éclaté. Lorsqu’elle est sortie, elle a vu un homme armé et trois corps - deux femmes et une personne qu’il a identifiée comme le patron de l’établissement.

Le quotidien cite également Seung Won Choi, le propriétaire d’un restaurant voisin, selon lequel trois personnes sont entrées en courant dans l’établissement et lui ont dit de fermer la porte à clef. Ces trois personnes ont raconté qu’il y avait un homme avec un fusil semi-automatique et bardé de munitions qui rechargeait son arme régulièrement, a déclaré au journal le restaurateur.

Crime motivé par la haine ?

Selon le capitaine Meyer, les enquêteurs ne savent pas encore si le suspect connaissait les victimes ni s’il s’agissait d’une attaque ciblant une communauté. « Nous allons enquêter sur toutes les possibilités », a-t-il dit aux journalistes, précisant que les policiers examinaient les images des caméras de surveillance. « Il est trop tôt dans l’enquête pour savoir si cet événement relevait du crime motivé par la haine ou pas ».

Le « crime motivé par la haine » désigne aux États-Unis un acte contre une personne ciblée pour des éléments de son identité comme la race, la religion, la nationalité, l’orientation sexuelle ou un handicap. Selon le ministère américain de la Justice, plus de 7000 crimes motivés par la haine ont été recensés aux États-Unis en 2021, touchant plus de 9.000 personnes. Deux tiers de ces crimes étaient liés à l’identité raciale.

Crédit photos : article rédigé et publié par Le Figaro avec AFP

Nous soutenir

C’est grâce à votre soutien que nous pouvons vous accompagner dans l’ensemble de vos démarches, faire évoluer la prise en charge des victimes par une mobilisation collective, et poursuivre nos actions de défense des droits des victimes de catastrophes et d’attentats.

Soutenir la FENVAC