ASSOCIATION FENVAC - 6 rue du Colonel Moll - 75017 PARIS - Tél. 01 40 04 96 87 - Mail : federation@fenvac.org
Sélectionnez la langue :
Fédération nationale des Victimes d'Attentats et d'Accidents ColLectifs
Soutien et défense de victimes
par des victimes depuis 1994.

Revue de presse

Explosion à Beyrouth : Le juge chargé du dossier veut une enquête sur trois ministres

25/11/2020

Version imprimable de cet article Version imprimable

Une demande pour poursuivre le ministre des Travaux publics et des Transports, ainsi que ceux des Finances et de la Justice, a été déposée au parlement

20 Minutes avec AFP, Publié le 25/11/20
https://www.20minutes.fr/monde/2916483-20201125-explosion-beyrouth-juge-charge-dossier-veut-enquete-trois-ministres

La justice commence à s’intéresser aux politiques dans la recherche des causes de l’explosion meurtrière du 4 août dans le port de Beyrouth. Le juge dirigeant l’enquête libanaise veut que des investigations soient menées à l’encontre de trois ministres pour leur possible responsabilité dans cette catastrophe, a annoncé mardi une source judiciaire.

Le juge Fadi Sawan a réclamé dans une lettre au parlement – dont un organe est habilité à poursuivre les membres du gouvernement, l’ouverture d’une enquête sur le ministre des Travaux publics et des Transports, Michel Najjar, ainsi que sur ceux des Finances, Ghazi Wazni, et de la Justice, Marie-Claude Najm. Il lui a aussi demandé de se pencher sur le rôle de plusieurs autres personnes ayant occupé les mêmes fonctions ministérielles dans les trois précédents gouvernements.

Refus d’une enquête internationale

Les investigations qu’a lui-même effectuées le juge Sawan ont fait naître « certains soupçons quant à la responsabilité de ces ministres et à leurs défaillances face à la gestion de la présence dans le port de nitrate d’ammonium » dont l’explosion de centaines de tonnes a fait plus de 200 morts et des milliers de blessés et ravagé une grande partie de la capitale, a ajouté cette source. Les responsables libanais ont refusé l’idée d’une enquête internationale sur cette affaire, malgré les appels au Liban et à l’étranger à des investigations indépendantes.

Le gouvernement a démissionné après le drame, mais continue d’expédier les affaires courantes, un nouveau n’ayant toujours pas pu être constitué. Dans le cadre de l’enquête en cours, 25 personnes ont pour le moment été arrêtées.