INCENDIE DE COURCHEVEL I AUDITION DE LA FENVAC PAR UN DES JUGES D’INSTRUCTION

Dans la nuit du 20 janvier 2019, un incendie dans un immeuble hébergeant des saisonniers, causait la mort de deux personnes, et faisait plus de 20 blessés physiques et psychiques dans la ville de Courchevel.

Alors que l’instruction suit actuellement toujours son cours devant le Tribunal Judiciaire de Chambéry, la FENVAC a été auditionnée par un des juges d’instruction en charge de l’affaire, le vendredi 04 juin 2021.

Cette audition a été l’occasion pour la FENVAC de justifier sa compétence dans cette affaire atypique, où il serait à la fois question d’infraction criminelle intentionnelle d’une part et, d’infraction délictuelle non intentionnelle d’autre part.

Si un jeune homme d’une vingtaine d’années a été mis en examen, en raison d’indices graves et concordants laissant penser qu’il serait à l’origine de l’incendie, et que celui-ci avait jusque-là été placé en détention provisoire, un vice de procédure lié à une erreur de convocation de son avocat (le mis en cause avait changé à huit reprises d’avocat), a obligé la chambre d’instruction de la cour d’appel de Chambéry, à ordonner sa libération, au grand dam des parties civiles, et notamment de la FENVAC.

Cette audition de la FENVAC par un des juges d’instruction saisis de cette affaire, a permis à ce dernier de rassurer notre association sur le caractère très strict du contrôle judiciaire auquel le jeune héraultais est actuellement soumis. Le mis en cause s’est ainsi vu confisquer son passeport, doit pointer plusieurs fois par semaine à la gendarmerie, et a enfin interdiction de quitter le département de l’Hérault en raison de sa tentative, au moment de son interpellation en mars 2019, de quitter le territoire français pour l’Espagne.

Le magistrat instructeur qui a reçu la FENVAC, a confirmé que l’instruction sur le volet non intentionnel était également toujours en cours au regard de la vétusté du bâtiment et du non-respect des normes de sécurité (absence d’alarme incendie, issues de secours bloquées etc.), qui avaient conduit le procureur de la République de Chambéry, M. Pierre-Yves MICHAU, à requérir il y a plus d’un an, la mise en examen du propriétaire de l’immeuble, à savoir le groupe Tournier, volet sur lequel notre association fonde sa compétence dans cette affaire.

La FENVAC reste pleinement mobilisée et engagée aux côtés des victimes de ce drame.

Nous soutenir

C’est grâce à votre soutien que nous pouvons vous accompagner dans l’ensemble de vos démarches, faire évoluer la prise en charge des victimes par une mobilisation collective, et poursuivre nos actions de défense des droits des victimes de catastrophes et d’attentats.

Soutenir la FENVAC