PREVENTION DU TERRORISME I LA FENVAC PARTICIPE A LA CONFÉRENCE DE L’INSTITUTE FOR STRATEGIC DIALOGUE SUR LE RENFORCEMENT DE LA RIPOSTE DE LA SOCIÉTÉ À L’EXTRÉMISME ET À LA DÉSINFORMATION

Le jeudi 21 avril 2022, la FENVAC a pris part à l’évènement organisé par l’Institute for Strategic Dialogue (ISD). Ce laboratoire d’idées indépendant, dont l’objectif est d’innover contre l’extrémisme, la haine et la désinformation, organisait une réflexion sur le thème « Renforcer la riposte de la société à l’extrémisme et à la désinformation » financé par le Fonds Marianne du CIPDR (Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation).

Après une présentation des différents participants, tels que la Conseillère pour le numérique et les réseaux sociaux de la DILCRAH (Délégation Interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT) et la chargée de diplomatie publique de l’Ambassade américaine à Paris, les membres de l’ISD, dont le Responsable de la recherche digitale et la Conseillère ISD France, ont exposé les résultats des travaux de recherches de l’Institut. En premier lieu, les participants ont pris connaissance du compte rendu de l’étude concernant les activités identitaires sur les réseaux sociaux, notamment à l’approche du second tour des élections présidentielles, et les différents outils développés par l’Institut et ses partenaires pour relever cette activité.

Après avoir passé en revue les discours identitaires présents sur les réseaux sociaux dits ‘classiques’, l’étude de l’ISD a mis en lumière l’utilisation de plateformes alternatives telles que Telegram. Cette messagerie sécurisée s’est d’ailleurs retrouvée au cœur de la préparation de plusieurs attentats récents dont notamment celui qui s’est déroulé à l’église de Saint-Étienne-du-Rouvray. Ainsi les recommandations faites par l’ISD, dont la sensibilisation des plateformes aux enjeux de la modération et l’intégration des plateformes alternatives dans les efforts de régulation par les pouvoirs publics, semblent trouver une application au-delà du seul discours identitaire de certains groupes. L’ensemble des recommandations de l’ISD peut être retrouvé ici.

Cette première étude a ensuite été mise en relation avec un rapport rendu par l’ISD centré sur l’écosystème de désinformation qui prolifère sur les réseaux sociaux. Dans ce cadre, l’Institut a voulu établir les interactions entre les différents groupes politiques faisant la promotion de la désinformation, d’informations manipulées, de théorie du complot ou d’extrémisme. L’une des conclusions du rapport établit, entre autres, une pénétration de la rhétorique d’extrême droite dans le débat public et souligne un risque majeur de violence en ligne ou hors ligne. L’ISD a pu analyser les théories développées par ces groupes notamment sur 200 chaines Telegram catégorisées comme extrémistes et en a conclu qu’au moins 60% faisaient l’apologie du terrorisme. La prolifération de ces théories en ligne a été pointées du doigt dans plusieurs procès, comme ayant nourri les idées mortifères des auteurs d’attentats. Dans son rapport, l’ISD a mis au point des conseils sur la réponse à apporter lorsque confronté à de telles théories, en redirigeant une audience cible vers une source d’information crédible pour elle par exemple, qu’il est possible de retrouver ici.

Par la suite, les analystes de l’ISD ont détaillé leur méthodologie sur la Mesure et l’Évaluation (M&E) d’Impact à destination des associations. Cette méthodologie a pour objectif de permettre aux associations de mesurer l’efficacité de leur projet, d’en comprendre l’impact mais aussi de démontrer une forme de crédibilité auprès des bailleurs de fonds. Ainsi pour un projet donné, il est tout d’abord nécessaire d’établir la problématique à laquelle le projet cherche à répondre, puis de déterminer des mesures d’impact (un indicateur) afin de savoir si les objectifs fixés sont atteints et enfin les outils à disposition pour mesurer cet impact, tel que Google Analytics ou Brandwatch. Le guide de l’ISD à cet effet peut être examiné ici.

La deuxième partie de cette rencontre était dédiée à des réflexions de groupe sur différentes problématiques de la société civile qui semblent avoir un impact sur la pratique des participants au sein de leurs associations respectives. Cet exercice nous a permis de développer une stratégie et de mettre en pratique la méthodologie de mesure et d’évaluation de l’impact d’un projet. Ainsi, au terme d’un échange constructif démontrant un manque de formation des acteurs assistant des personnes vulnérables, les représentants de la FENVAC ont exposé une piste stratégique visant à la normalisation de la formation psychologique des personnes de la société intervenant auprès de personnes jugées vulnérables. Il a été mis en lumière que les primo-intervenants face à un drame pour les victimes d’une infraction ou encore le corps éducatif face à des jeunes en difficulté, ne reçoivent pas ou peu de formation psychologique et ne sont pas assez sensibilisés aux problématiques touchant ces individus. Cela renvoie notamment, au travail effectué par la FENVAC en école de Gendarmerie afin de sensibiliser les gendarmes en devenir à l’approche à adopter lors d’une interaction avec une victime de terrorisme ou d’accidents collectifs

Lors de cet évènement la FENVAC a donc pu partager son expérience en matière d’accompagnement et de conseil des victimes d’attentats et d’accidents collectifs. Ce moment a été l’occasion pour la Fédération d’échanger et de rencontrer des membres de la société civile impliqués dans la prévention contre les différentes formes d’extrémisme et la désinformation. La présentation des différents travaux de l’ISD et la mise en pratique via des travaux de groupe ont permis de prendre connaissance des outils et méthodologies ouvertes à la société civile pour organiser une prévention contre les formes d’extrémisme.

Au regard de la richesse des échanges, la FENVAC remercie l’ISD pour son accueil chaleureux.

Nous soutenir

C’est grâce à votre soutien que nous pouvons vous accompagner dans l’ensemble de vos démarches, faire évoluer la prise en charge des victimes par une mobilisation collective, et poursuivre nos actions de défense des droits des victimes de catastrophes et d’attentats.

Soutenir la FENVAC