CRASH DU VOL AF 447 RIO-PARIS DU 1er JUIN 2009 I C’EST DESORMAIS CERTAIN, IL Y AURA UN PROCES

En septembre 2019, au terme de dix années de procédure, les juges d’instruction rendaient une ordonnance de non-lieu, tant vis-à-vis d’Airbus que d’Air France, considérant en bref que les éléments à charge contre les deux entreprises mises en examen étaient insuffisants pour justifier un procès.

S’opposant à cette réalité intolérable au vu des éléments objectifs du dossier pénal, l’association des familles de victimes et la FENVAC avaient alors interjetté appel de cette ordonnance. C’est ainsi que la décision des juges de première instance avait pu être infirmée par la Chambre de l’instruction qui renvoyait ainsi, le 12 mai dernier, Airbus et Air France devant le Tribunal correctionnel, pour "homicides involontaires".
Danielle Lamy, Présidente de l’association Entraide et Solidarité AF447, avait alors déclaré à La Dépêche, que cette décision venait "clore douze années de procédures peuplées d’espoirs, d’incertitudes, d’humiliations mais jamais de résignation".

Suite à cette étape considérée comme une première victoire par les familles de victimes et leur association, les deux entreprises avaient décidé de se pourvoir en cassation afin d’échapper à un procès. Ce n’est qu’il y a quelques jours que nous avons appris par notre avocat, Me Sebastien BUSY, que leur recours n’ont pas abouti car jugés irrecevables par la Haute Cour le 25 août dernier. Pour Danielle Lamy, « toute la lumière pourra enfin être faite sur (cette) tragédie, l’histoire d’un crash annoncé depuis 2008 ». La porte-parole des familles de victimes attend « un procès équitable qui n’oubliera aucune des contingences coupables ».

Ce rejet marque une consécration pour les proches des 228 victimes qui avaient pris place à bord de l’Airbus A330 de la compagnie Air France pour le vol Rio-Paris ce 1er juin 2009. C’est désormais certain, elles auront droit à un procès face à ces deux pontes de l’économie française. Grâce à leur détermination, à leur investigations et à leur persévérance, les familles des victimes vont enfin pouvoir poser toutes les questions qui les habitent depuis plus de dix ans dans le cadre d’un procès contradictoire. Après avoir été souvent déconsidérées par les mis en examen durant la procédure, celles-ci vont enfin pouvoir confronter le constructeur aéronautique et le trasnporteur aérien à leur négligence et à leur responsabilité.

Alors que la tenue du procès se profilerait pour fin 2022, l’équipe de la FENVAC sera au rendez-vous judiciaire historique en matière d’accidents collectifs.

Nous soutenir

C’est grâce à votre soutien que nous pouvons vous accompagner dans l’ensemble de vos démarches, faire évoluer la prise en charge des victimes par une mobilisation collective, et poursuivre nos actions de défense des droits des victimes de catastrophes et d’attentats.

Soutenir la FENVAC