ASSOCIATION FENVAC - 81 Avenue de Villiers - 75017 PARIS - Tél. 01 40 04 96 87 - Mail : federation@fenvac.org
Sélectionnez la langue :
Fédération nationale des Victimes d'Attentats et d'Accidents ColLectifs
Soutien et défense de victimes
par des victimes depuis 1994.

Vie des associations

Crash du vol AF447 reliant Rio à Paris : 10 ans après

02/06/2019

La cérémonie des 10 ans du crash du vol AF447 Rio-Paris s’est déroulée hier, au cimetière du père Lachaise.

En amont de cette commémoration, le Conseil d’administration de l’association AF447 Entraide et Solidarité s’était d’ailleurs réuni samedi 23 mars 2019 afin de travailler sur les derniers points restés en suspens concernant son organisation.

Cette réunion avait également été l’occasion pour les dirigeants de l’association de peaufiner les dernières observations à apporter au dossier judiciaire suite à la clôture de l’instruction annoncée par les juges d’instruction en février.

Les familles sont dans l’attente des réquisitions du Parquet qui devaient être rendues courant mai puis de l’ordonnance des juges d’instruction dans les mois qui suivent.

Pour rappel, l’association attend des juges qu’ils renvoient Airbus et Air France devant le tribunal correctionnel pour débattre publiquement des responsabilités liées au crash du vol AF447 du 1er juin 2009.

Discours 10 ème anniversaire de la Présidente de l’association AF447 - Entraide et Solidarité, samedi 1er juin 2019 :

"Madame la Ministre d’Etat, Ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des transports

Madame la Déléguée interministérielle à l’aide aux victimes Messieurs les Ambassadeurs,

Madame la Directrice générale d’Air France

Chères familles, chers amis,

10 années déjà que nous nous retrouvons ce 1er juin pour un moment de recueillement et d’échanges devant la stèle du souvenir. Et c’est à vous, très chers disparus dont les noms sont gravés dans la pierre pour l’éternité à Paris et à Rio que j’adresse aujourd’hui ces quelques lignes. Vous étiez 228 de 32 pays différents dans le vol tragique du Rio-Paris qui s’abîma au milieu de l’Atlantique dans la nuit du 1er juin 2009.

Dix années que vous nous avez quittés : fils, filles, frères, sœurs, conjoints, parents, amis ; vous n’êtes plus là où vous étiez mais vous êtes partout où nous sommes. Nous vous attendions ce 1er juin à Roissy, rongés par l’angoisse et très vite dévastés par la fatale nouvelle « il n’y a plus d’espoir ».

Le temps des interrogations a très vite envahi nos existences : comment une compagnie nationale appréciée, comment un aéronef de la plus haute technologie réputé indécrochable d’un célèbre constructeur, comment ont-ils pu laisser se produire une telle catastrophe ?

Nous n’avions pas le droit de laisser s’installer le doute dans les consciences, de laisser libre cours à toutes les rumeurs les plus insensées comme à toutes les amertumes, les frustrations. Pour vous, il en était de notre dignité, nous avions le devoir de rechercher la vérité, de faire la lumière sur les diverses responsabilités, que la justice puisse enfin expliquer l’indicible fatalité : comment une telle tragédie a-t’elle pu se produire et pourquoi n’a-t-elle pas été évitée ?

Oui, chers disparus, votre sacrifice ne doit pas être vain. Dès les premiers jours de juillet 2009, quelques uns d’entre nous se sont réunis, ont collectivement réfléchi et avec l’aide de la FENVAC jeté les bases de notre association « Entraide & Solidarité AF447". Son existence sera confirmée dès septembre 2009. Inlassablement, nous accomplirons notre tâche de soutien, de convivialité, d’échanges ; nous apporterons dans les moments difficiles les informations nécessaires auprès de vos familles ; nous réaliserons envers vous notre devoir de mémoire auprès de l’opinion publique et des autorités.

Nous veillerons scrupuleusement aux recherches en mer qui, pendant deux longues années, seront peuplées d’incertitudes, de controverses, de renoncements ; insensibles au désarroi des familles plongées dans la plus cruelle des attentes auquel s’ajoutera l’angoisse des identifications des victimes retrouvées soit les premiers jours de juin 2009 soit au printemps 2011 et révélés publiquement dans une communication des plus désastreuse. Votre identification a été particulièrement cruelle pour vos familles, n’avons-nous pas reçu quelques jours avant noël 2011 votre rapport d’autopsie ?

Faut-il ici évoquer notre pugnacité à vous retrouver : sollicitant les plus hauts responsables, n’hésitant pas à orienter l’enquête. En avril 2011, l’épave a été découverte, à proximité de l’endroit que l’association avait désigné dès septembre 2009 : deux années d’errements inutiles ! Vous reposiez sur un fond paisible de l’océan, à l’image d’un tombeau d’une ineffable sérénité. Fallait-il troubler cette paix et ce silence ? La réponse est là au plus profond de nos consciences.

Beaucoup d’entre vous trouveront une sépulture terrestre, beaucoup d’autres poursuivront leur errance abyssale mais tous, vous resterez au plus profond de nos cœurs. Nous sommes ici, aujourd’hui, devant vous, pour vous témoigner notre amour, notre fidélité, notre attachement à votre mémoire.

Et depuis, tout au long des années sans fin, d’expertises en contre expertises, de complaisances en tous genres, d’impartialité parfois douteuse, nous nous efforçons de maintenir notre recherche de vérité, de nous en approcher avec une volonté sans faille dans l’objectivité la plus totale quelles que soient les entités concernées.

Fidèle à notre devoir de mémoire, nous avons suivi et suivons pas à pas l’enquête judiciaire pour qu’aucune piste d’investigation ne soit écartée, pour qu’aucune ombre ne vienne ternir votre sacrifice et qu’une amnésie institutionnelle ne s’abatte pas sur les responsabilités vraies.

Chers disparus, voilà 10 années que nous œuvrons pour perpétuer votre mémoire, pour que votre souvenir ne s’efface jamais des préoccupations publiques et qu’il soit la référence d’une sécurité aérienne accrue afin qu’une telle catastrophe ne se reproduise jamais. Malheureusement, la récente actualité : le double crash du Boeing 737 max, nous en apporte un cruel démenti et montre encore, qu’une fois de plus, les leçons d’un tel drame ont été oubliées au profit d’un bien étrange progrès.
Et qu’enfin, pour le repos de nos consciences, pour le respect des victimes que vous êtes, qu’il soit rendu justice : une justice impartiale, sans atermoiements, sans résistances, sans polémiques de toutes parts, une justice qui fera la lumière sur cette nuit funeste.

« La vérité, déclarait Condorcet, appartient à ceux qui la cherchent et non à ceux qui prétendent la détenir ».

A vous tous qui m’avez écoutée, je formule les vœux les plus forts pour que ce moment de réconfort collectif, d’émotion partagée, de recueillement devant cette stèle à la mémoire de nos chers disparus se renouvelle chaque 1er juin.

Je vous remercie."

La FENVAC, au soutien de l’association des familles des victimes, la félicite pour la pugnacité de son discours : émotions maitrisées, vérités sans concession et appel aux responsabilités des institutions qui ont permis de faire passer tous les messages de manière extrêmement juste et percutante.