ASSOCIATION FENVAC - 81 Avenue de Villiers - 75017 PARIS - Tél. 01 40 04 96 87 - Mail : federation@fenvac.org
Sélectionnez la langue :
Fédération nationale des Victimes d'Attentats et d'Accidents ColLectifs
Soutien et défense de victimes
par des victimes depuis 1994.

Revue de presse

Marseille : Les parents des victimes de l’attentat à la gare Saint-Charles attaquent l’Etat

04/10/2018

JPEG - 113.8 ko

Les familles de Laura et Mauranne, tuées lors de l’attentat à la gare Saint-Charles, veulent poursuivre l’Etat devant le tribunal administratif...

Selon une information de M6, les parents de Mauranne et Laura, deux cousines victimes d’une agression terroriste à la gare Saint-Charles​ le 1er octobre 2017, ont décidé de poursuivre l’Etat devant le tribunal administratif de Lyon.

« Les proches des deux jeunes filles demandent, dans deux recours déposés le 28 septembre dernier, que le tribunal reconnaisse la responsabilité de l’État pour faute dans la survenance de leur assassinat (…) et qu’il soit fait droit de leur demande indemnitaire pour plusieurs membres des deux familles », a précisé à l’AFP le tribunal.

Interpellé deux jours avant

Le recours des familles pointe notamment le fait que le meurtrier avait été « appréhendé à Lyon quelques jours avant l’attaque suite à un vol à l’étalage, puis relâché après sa garde à vue sans mesure d’éloignement ni placement en rétention ».

Interpellé deux jours avant pour avoir volé un pull dans un centre commercial de la Part-Dieu à Lyon, Ahmed Hanachi, l’assaillant, avait été remis en liberté le lendemain, alors qu’il était en situation irrégulière. Ce ressortissant tunisien avait été interpellé à sept reprises depuis 2005 sous sept identités différentes.

« Un ensemble de dysfonctionnements »

A l’issue de sa garde à vue, la procédure judiciaire avait été finalement classée sans suite par le parquet de Lyon, faute d’éléments suffisants. Les services de police avaient saisi la police aux frontières pour le faire expulser. Mais la Préfecture du Rhône ne lui avait jamais délivré d’OQTF, obligation de quitter le territoire français, arguant que le centre de rétention était saturé.

Selon les déclarations du ministre de l’Intérieur de l’époque, Gérard Collomb, cette remise en liberté faisait suite à « un ensembe de dysfonctionnements » au sein de la préfecture du Rhône. Le préfet du Rhône avait été dès lors remercié.

Source : 20 Minutes
Auteur : La Rédaction
Date : 04/10/2018